Rohingyas, les enfants de la honte